Vous pouvez correspondre avec les auteurs des articles en complétant la rubrique "Commentaires" en bas de page

Je suis fier d'appartenir au peuple français

11/21/2016

Je suis fier d'appartenir au peuple français

La violence en réponse à la violence n'a jamais engendré la paix - Par Jean-Henry Maisonneuve

En réponse à Jean-Patrick GRUMBERG, journaliste israélien, suite à son article publié le 17 juillet 2016 dans EuroCalifat - dans lequel M. GRUMBERG constate que le peuple français ne réagit pas face aux attentats survenus sur le sol français, tout en déplorant que les français ne font « qu’allumer des bougies », au lieu de se battre et de contester- je m’autorise ce billet en réponse.

 

Je suis fier d’appartenir au peuple français


Le lendemain de l’attentat au Bataclan, les citoyens français allumaient des bougies. Après l'attentat de Nice, mes concitoyens allument encore des bougies. Et se taisent.


Après les attentats de Nice, après le meurtre du curé de Saint-Etienne-du Rouvray, celui du couple de policiers à Magnanville, mes concitoyens déposent des fleurs, allument des bougies, se recueillent. Et personne ne proteste. Personne ne crie sa douleur et sa rage. Personne ne s’indigne. Personne ne réclame des comptes. Car personne n’est dupe.

 

Face au terrorisme, les Français ne sont pas descendus dans la rue manifester leur refus. Ils n'ont pas demandé au gouvernement qu'il assume ses fonctions régaliennes et les mette à l’abri des attentats. J’admire cette posture.

 

Au début, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre l’attitude de la majorité de mes concitoyens. La colère et l’émotion m’empêchaient de comprendre.

 

Avec le temps, tout paraît plus clair : les politiques français, tous bords confondus, ne font pas preuve de laxisme vis-à-vis des islamistes salafistes intégristes. S’ils ont fait le choix de la réinsertion comme mode de traitement des djihadistes (français) qui rentrent du combat en Syrie, ils ont aussi choisi  de nommer explicitement l’ennemi – l’Etat Islamique – tout en mettant en même temps en garde ceux qui dénoncent avec excès cette dérive islamiste. Je respecte ce choix pas si simple à adopter de la part de nos gouvernants.

 

S’ils ont décidé de laisser en liberté les musulmans radicaux « fichés S » pour ne pas les stigmatiser, tout en sachant que cela leur faisait courir un plus grand risque d’attentats terroristes, c’est que la loi française est l’expression d’une démocratie, et que la France reste le pays des libertés individuelles.

 

Certains politiques d’extrême droite – et donc à la vue extrêmement courte- reprochent au Premier ministre d’exposer ainsi ses concitoyens à la mort car il refuse d’emprisonner les radicaux fichés S afin de ne pas froisser la population musulmane. Mais il a eu le courage de le dire aux Français. Et les Français ont le courage de l'accepter. Je respecte ces courages.

 

Ces politiques d’extrême droite affirment que les 129 morts et les 350 blessés du 13 novembre, les 84 morts et 200 blessés du 14 juillet sont le prix à payer lorsqu'on décide d'avoir cette tolérance laxiste – selon eux - vis-à-vis des djihadistes français, des salafistes français, des Frères musulmans français, et de l’islam de France.

 

Le gouvernement français a été démocratiquement élu. les Français vivent en démocratie, avec la liberté d'expression, de choix, de manifester leur mécontentement ou leur accord – et les Français savent mieux que personne descendre dans la rue lorsqu'ils ne sont pas d’accord-. Or, les Français ne sont pas descendus dans la rue pour dénoncer le terrorisme, l'islamisation salafiste, les attentats et les morts parce qu'ils sont profondément tolérants, humanistes, accueillants.

 

Quand ils ont manifesté avec des pancartes indiquant « Je Suis Charlie », il me semble que cela était justifié : s’ils n'ont jamais, comme Charlie, offensé en le caricaturant le prophète de l’islam, ils ont bien ri en regardant les caricatures. Les Français savent rire de Dieu, de  Mahomet, d’Allah de Bouddha et des autres. Les Français ont tous un peu de Charlie en eux.

 

Les Français en majorité ne sont pas descendus dans la rue pour réagir face à l’arrivée de centaines de milliers de migrants et réfugiés, même si ceux-ci sont infiltrés par des combattants de l'Etat Islamique. Parce que le peuple français s’est constitué depuis la nuit des temps grâce aux immigrations continues. 

 

Les attentats sur le sol français sont-ils la conséquence de cette capacité d’accueil et de tolérance de mes concitoyens ? Que dire des attentats sur les autres territoires ? La France n’est pas spécifiquement visée par l’Etat Islamique ; le monde entier est l’ennemi de l’Etat Islamique.

 

Les déclarations de la classe politique, des médias, montrent que la France a décidé, malgré ces attentats et ces morts, de ne pas tomber dans le piège de nommer le Coran comme coupable, parce qu’une minorité en a lu quelques lignes et l’interprète avec violence à son avantage.

 

A l’opposé, cher Monsieur GRUMBERG, le peuple d’Israël réagit à chaque attentat survenu sur son sol ; certes, il est normal qu’il refuse d'abandonner ses traditions, son passé, sa culture, sa terre et ses racines. Mais face au terrorisme, il réagit aussitôt, parfois de façon bien plus violente que ses agresseurs, afin de montrer à qui veut bien l’entendre les limites à ne pas franchir afin de respecter sa culture, sa religion, ses vies. D’accord ! Mais cela va bientôt faire 70 ans qu’Israël n’est jamais en paix avec ses voisins. La violence, même en réponse à la violence, n’a jamais engendré la paix.  

 

Je respecte et j’applaudis l’attitude de mes concitoyens français : après les morts du 13 novembre, après les morts de Nice, les Français allument des bougies, ne protestent pas, ne hurlent pas, ne crient pas, ne se révoltent pas : ils refusent la haine, qui engendre toujours plus de violence. Quel peuple ! Et je suis fier de lui appartenir ! 

 

Jean-Henry Maisonneuve

Responsable des Editions

Primaires : un progrès pour la démocratie Robot humanoïde : serviteur, compagnon, rival ?

Annie FONTAINE

J'adore !...

PATRIGEON

Salut Jean-Henry et autres lecteurs,
je suis dans la cible ... couple de retraités aisés .... et donc électeur de Macron ; pour autant je ne me reconnais pas , Jean-Henry, dans tes qualificatifs "démocratie oligarque , fortuné et ploutocrate" , tu pousses mais connaissant ton côté théâtral et provoc ... .
Le sénat est pour moi le symbole d'une France sclérosée avec ses hobereaux locaux défendant leurs pouvoirs dans le mille-feuille territorial fabriqué par nos politiques de tous bords. Alors pas étonnant que nos sénateurs se regénérent entre eux tous les 3 ans en se présentant comme les défenseurs de nos dizaines de milliers de communes , inter-communalités , agglos, départements etc .
Et si on supprimait quelques symboles ? histoire de montrer que le changement c'est maintenant et pour tous .

Bonjour Jean-Louis,
Merci pour ta transparence. Ne vois aucune injure dans ces mots d'oligarchie ou de ploutocratie ! Cette classe sociale existe, et Jupiter la cible donc à bon escient ! Je ne veux pas revenir sur le rôle et la légitimité du Sénat ; les médias s'en chargent. En revanche que fait notre Président vis-à-vis des classes sociales les moins aisées ? (à part l'APL ?) Ces classes sociales moins aisées me semblent délaissées et je ne désire pas que les LR les abandonnent aux partis extrémistes !
Bien à toi,
JHM