Vous pouvez correspondre avec les auteurs des articles en complétant la rubrique "Commentaires" en bas de page

Jean-Henry bouleverse la théorie des ensembles

05/11/2017

Jean-Henry bouleverse la théorie des ensembles

Prise de tête - par Pierre Tabarin

Dans une récente publication, toute scientifique (cf. billet de février 2017), Jean-Henry explique que dans un mot il y a plusieurs lettres et que dans une lettre il y a plusieurs mots.

 

Autrement dit dans le premier cas la lettre est un sous-ensemble du mot tandis que dans le second le mot est un sous-ensemble de la lettre. Ce qui revient à dire qu’un sous-ensemble d’un ensemble peut aussi être l’ensemble de l’ensemble précédent devenu sous-ensemble !

 

Notons au passage que, dans sa vie quotidienne, chacun peut vérifier qu’un mot est un ensemble de lettres et qu’une lettre est un ensemble de mots. Et nous sommes là au cœur de la démarche expérimentale dont le principe est : si j’émets une théorie que l’expérience valide, c’est donc que la théorie est juste. Il est donc clair ici, puisque l’expérience est concluante, que la théorie est fondée.

 

Jean-Henry remet donc bien en cause la théorie des ensembles laquelle connaît des ensembles égaux qui contiennent les mêmes éléments, des ensembles vides, des ensembles infinis…mais deux ensembles à la fois sous-ensemble et ensemble de l’un et de l’autre, c’est ce que l’on appelle en mathématique un paradoxe. C’est-à-dire un cas que l’on ne sait pas expliquer.

 

CANTOR, le fondateur de la théorie des ensembles ne l’a pas évoqué et RUSSEL, l’autre grand mathématicien dans ce domaine, l’a peut-être approché au travers du paradoxe du barbier :

 

Si l’on donne ordre à un barbier de ne  raser que ceux qui ne se rasent pas eux-mêmes, et uniquement ceux-là, peut-il se raser ?

 

S’il se rase lui-même il enfreint la règle puisqu’il ne doit raser que ceux qui ne se rasent pas.

 

S’il ne se rase pas il est en tort également car il doit raser ceux qui ne se rasent pas. 

 

Autrement dit un tel barbier ne peut exister. Mais dans notre affaire, le paradoxe n’en est en fait pas un, car la  théorie des ensembles nous explique qu’il n’y a pas d’ensemble qui peut contenir tous les ensembles. Ainsi un mot ne peut contenir toutes les lettres et une lettre ne peut contenir tous les mots.

 

Autrement dit, malgré l’apparence, un mot n’est pas qu’un ensemble de lettres et une lettre n’est pas qu’un ensemble de mots.                                                                    

 

Et c’est là où apparaît l’apport inestimable de Jean-Henry puisque de fait, il remet en cause la méthode expérimentale, dans la mesure où un fait que chacun peut constater, ne justifie pas la théorie qui le sous-tend.

 

Ce qui doit nous pousser alors à comprendre que son propos est plus philosophique que scientifique. En effet dire qu’un mot est composé de lettres et une lettre de mots n’est-ce pas poser la question du contenu de l’échange humain, oral ou écrit ? Car qu’échange-t-on : des lettres ou des mots ? Ou bien ce qu’ils représentent ?

 

Autrement dit, les mots et les lettres ne seraient-ils que les sous-ensembles des idées qu’ils expriment ?  Alors les idées seraient-elles, finalement, l’ensemble qui peut contenir tous les ensembles ? Contredisant ainsi la théorie des ensembles.

                                                                                                                                      Pierre TABARIN, novembre 2017

Si Jésus naissait de nos jours... Le Parti

Annie FONTAINE

J'adore !...

PATRIGEON

Salut Jean-Henry et autres lecteurs,
je suis dans la cible ... couple de retraités aisés .... et donc électeur de Macron ; pour autant je ne me reconnais pas , Jean-Henry, dans tes qualificatifs "démocratie oligarque , fortuné et ploutocrate" , tu pousses mais connaissant ton côté théâtral et provoc ... .
Le sénat est pour moi le symbole d'une France sclérosée avec ses hobereaux locaux défendant leurs pouvoirs dans le mille-feuille territorial fabriqué par nos politiques de tous bords. Alors pas étonnant que nos sénateurs se regénérent entre eux tous les 3 ans en se présentant comme les défenseurs de nos dizaines de milliers de communes , inter-communalités , agglos, départements etc .
Et si on supprimait quelques symboles ? histoire de montrer que le changement c'est maintenant et pour tous .

Bonjour Jean-Louis,
Merci pour ta transparence. Ne vois aucune injure dans ces mots d'oligarchie ou de ploutocratie ! Cette classe sociale existe, et Jupiter la cible donc à bon escient ! Je ne veux pas revenir sur le rôle et la légitimité du Sénat ; les médias s'en chargent. En revanche que fait notre Président vis-à-vis des classes sociales les moins aisées ? (à part l'APL ?) Ces classes sociales moins aisées me semblent délaissées et je ne désire pas que les LR les abandonnent aux partis extrémistes !
Bien à toi,
JHM