Vous pouvez correspondre avec les auteurs des articles en complétant la rubrique "Commentaires" en bas de page

Humour et Présidence

05/30/2015

Humour et Présidence

On ne se moque pas d'une Institution de la République - Auteur : Sylvie T.

Selon l’article 5 de la Constitution, le Président de la République incarne l’autorité de l’État. Il veille, par son arbitrage, au respect de la Constitution, et assure le fonctionnement  normal des pouvoirs publics et la continuité de l’État.

 

Vis-à-vis de l’extérieur, il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités conclus par la France. La Constitution fait de lui le chef des armées. Ce qui  conduit, en pratique, à lui conférer un rôle prédominant concernant toutes les questions de défense.

 

La Constitution et la pratique institutionnelle lui reconnaissent aussi un rôle éminent en matière de diplomatie. Le Président de la République négocie et ratifie les traités. Il accrédite les ambassadeurs français à l’étranger et, réciproquement, les ambassadeurs étrangers en France sont accrédités auprès de lui. Il conduit la délégation française dans toutes les rencontres internationales ou européennes d’importance. 

 

Nous l’aurons compris : le Président de la République n’est pas un « métier », mais une « Institution », au sens le plus noble, s’agissant de la plus haute magistrature qui soit en France. 

 

En conséquence, les critiques de tout poil, les imitations grossières - mal intentionnées et à la limite de l’atteinte à la dignité -, les « unes » des magazines « People », les photos volées voire truquées, les articles de presse sur la vie sentimentale et privée de l’homme qui incarne cette Institution ont des limites et les confidences livresques d’un ex-conjoint – plus ou moins justifiées - ne regardent aucunement les citoyens français.

 

Trop c’est trop. Manquer de respect vis-à-vis de nos institutions équivaut à ne pas respecter les citoyens que nous sommes.

 

Une condition, cependant : c’est au titulaire de la fonction lui-même – quelque que soit son obédience politique - à respecter ces règles et à ne pas ouvrir le flan aux quolibets que les « journaleux » en tout genre exploiteront pour en faire commerce.

 

Sylvie T.

Critique sociale

28/04/2015

Burn-out : qui en souffre le plus ? Certains dirigeants de PME-PMI ont les salariés qu'ils méritent

Annie FONTAINE

J'adore !...

PATRIGEON

Salut Jean-Henry et autres lecteurs,
je suis dans la cible ... couple de retraités aisés .... et donc électeur de Macron ; pour autant je ne me reconnais pas , Jean-Henry, dans tes qualificatifs "démocratie oligarque , fortuné et ploutocrate" , tu pousses mais connaissant ton côté théâtral et provoc ... .
Le sénat est pour moi le symbole d'une France sclérosée avec ses hobereaux locaux défendant leurs pouvoirs dans le mille-feuille territorial fabriqué par nos politiques de tous bords. Alors pas étonnant que nos sénateurs se regénérent entre eux tous les 3 ans en se présentant comme les défenseurs de nos dizaines de milliers de communes , inter-communalités , agglos, départements etc .
Et si on supprimait quelques symboles ? histoire de montrer que le changement c'est maintenant et pour tous .

Bonjour Jean-Louis,
Merci pour ta transparence. Ne vois aucune injure dans ces mots d'oligarchie ou de ploutocratie ! Cette classe sociale existe, et Jupiter la cible donc à bon escient ! Je ne veux pas revenir sur le rôle et la légitimité du Sénat ; les médias s'en chargent. En revanche que fait notre Président vis-à-vis des classes sociales les moins aisées ? (à part l'APL ?) Ces classes sociales moins aisées me semblent délaissées et je ne désire pas que les LR les abandonnent aux partis extrémistes !
Bien à toi,
JHM