Vous pouvez correspondre avec les auteurs des articles en complétant la rubrique "Commentaires" en bas de page

Voici le joli mois de mai

30/04/2015

Voici le joli mois de mai

A vos agendas...! - Auteur : P. Deruby

Au premier jour du cinquième mois de l’année, dans la fleur de l’enfance, puis de l’adolescence, je ne manquais jamais d’acheter un joli brin de muguet pour l’offrir à ma maman. Avec sa bonne odeur, il était censé lui porter bonheur.

Au fil des ans, les vendeuses successives, armées du même beau sourire, me l’avaient toutes promis. M’imaginant peut-être poète, elles usaient, fines mouches, du pouvoir des rimes. Encore candide, mais plus tout à fait con (plus trop ?), j’y croyais autant qu’au barbu rouge, mais je savais que ma tige à clochettes blanches ferait plaisir, et c’était déjà bien.

Pour ma mère, venant de son petit garçon, ce peu était beaucoup. Quel beau début pour un mois de mai !  Les suivants m’ont vu grandir, puis longtemps après, reperdre quelques uns des millimètres gagnés.

Celui de cette année (le mois de mai), plus encore que ses prédécesseurs, s’annonce riche en célébrations en tout genre.

 

En concomitance avec le commerce du muguet bienfaiteur, le 1er marque, par un jour chômé, la fête du travail. Curieux paradoxe. Et drôle de fête, célébrée par des cortèges où, loin de rigoler, ça gueule et ça fait la gueule. Rien à voir avec le carnaval de Rio. Comme quoi, il n’y a pas qu’en football que les brésiliens nous dominent.

 

Le 6, on honore les Prudence. Pas ruineux en cadeaux pour ce qui me concerne. Mais si ça englobe aussi LA Prudence avec un grand P, là il y a du monde. Dans cette société de plus en plus protectrice, je me réjouirais bien volontiers de pouvoir fêter la Sainte Audace.

 

A la date du 8, sur mon beau calendrier mural, il est inscrit « Victoire 1945 ». Sur celui de nos voisins et cousins germains, il doit être marqué « capitulation », ou « fin de la guerre 1939-1945 ». Cette désignation pudique me parait plus convenable. Car il n’y a de gloire à tirer pour personne d’un conflit qui a fait plus de 60 millions de victimes humaines sur notre planète. Sans parler des autres innocents à deux ou quatre pattes. Tous ceux qui ont laissé leur vie, parfois à peine commencée, l’ont fait pour que nous, les descendants, puissions vivre en paix et pourquoi pas, dans la joie. Il y a donc à se réjouir de ce 70ème anniversaire de la libération de nos peuples, de leur réconciliation, et de leur marche commune vers un progrès dont beaucoup n’ont pas conscience.

 

Deux jours plus tard, c’est la Sainte Jeanne d’Arc. Encore un retour vers l’enfance pour moi car notre famille habitait dans une rue portant le nom de la pucelle d’Orléans, et tous les ans nous avions droit à un beau défilé à notre porte. J’en garde le souvenir, comme celui de cette héroïne du XVème (siècle) qui a su rendre à Charles VII son trône perdu. En remerciement de quoi « Charles le victorieux » n’a pas levé le petit doigt quand un Cochon l’a livrée aux anglais.

 

Le 14, nous serons à 40 jours de Pâques. Ce sera l’Ascension. Il y a bien longtemps, en cette même période, le fils du Tout-Puissant, mort sur la croix, aurait connu la résurrection avant de quitter la terre - déçu sans doute de son séjour – pour s’élever jusqu’au ciel. Passons.

 

Arrivant au 16, nous en serons tous Honoré. Car le Saint du jour est l’homonyme d’un délicieux gâteau créé par un pâtissier dont l’échoppe se trouvait dans une rue portant elle aussi le même nom. Sacrées coïncidences !

Une semaine plus tard, on fête les Didier. Vous peut-être pas, mais moi si. L’occasion de boire un whisky (cf tribune du 28/04/2015) avec mon beau’f et d’appeler un bon ami d’enfance, belgicain d’adoption.

 

Le 24, si vous avez bien compté, vous savez que nous sommes cette fois à 50 jours de Pâques. C’est la Pentecôte, qui marque la pénétration de l’Esprit Saint dans le corps des apôtres ayant entouré le fils du Tout-Puissant, déjà cité, avant qu’il ne les quitte pour d’autres cieux. Pour plus de détails, cf quand même la bible ou les évangiles selon l’un de leurs quatre rédacteurs, mais lequel dans ce cas précis ?

 

Le 29, à deux jours de l’échéance mensuelle, on peut comprendre que certains en Aymar.

 

Et nous voici enfin au dernier dimanche du mois, date officielle - en France - de la fête des Mères qui, cette année, tombe précisément le 31. Dans ce pays de tradition nataliste, la majorité de nos compatriotes s’imagine que cette célébration date de perpète. Erreur : c’est seulement sous Vincent Auriol que le texte de loi instituant la Fête des Mères a été signé, le 24 mai 1950. Certes, il y a bien eu quelques initiatives antérieures allant dans le même sens, mais là encore ce n’est pas très vieux puisque la plus ancienne remonte à 1897.

 

Pour ma part, il y a déjà longtemps que je ne peux plus porter à ma mère un beau brin de muguet, ni le 1er mai, ni le dernier dimanche du même mois. Je n’ai plus pour elle que des pensées ... comme chaque autre jour de l’année.

 

Pierre DERUBY

Libre Penseur

29/04/2015

Tous à poil ! Espérance de vie

Annie FONTAINE

J'adore !...

PATRIGEON

Salut Jean-Henry et autres lecteurs,
je suis dans la cible ... couple de retraités aisés .... et donc électeur de Macron ; pour autant je ne me reconnais pas , Jean-Henry, dans tes qualificatifs "démocratie oligarque , fortuné et ploutocrate" , tu pousses mais connaissant ton côté théâtral et provoc ... .
Le sénat est pour moi le symbole d'une France sclérosée avec ses hobereaux locaux défendant leurs pouvoirs dans le mille-feuille territorial fabriqué par nos politiques de tous bords. Alors pas étonnant que nos sénateurs se regénérent entre eux tous les 3 ans en se présentant comme les défenseurs de nos dizaines de milliers de communes , inter-communalités , agglos, départements etc .
Et si on supprimait quelques symboles ? histoire de montrer que le changement c'est maintenant et pour tous .

Bonjour Jean-Louis,
Merci pour ta transparence. Ne vois aucune injure dans ces mots d'oligarchie ou de ploutocratie ! Cette classe sociale existe, et Jupiter la cible donc à bon escient ! Je ne veux pas revenir sur le rôle et la légitimité du Sénat ; les médias s'en chargent. En revanche que fait notre Président vis-à-vis des classes sociales les moins aisées ? (à part l'APL ?) Ces classes sociales moins aisées me semblent délaissées et je ne désire pas que les LR les abandonnent aux partis extrémistes !
Bien à toi,
JHM