Vous pouvez correspondre avec les auteurs des articles en complétant la rubrique "Commentaires" en bas de page

Français : attention Danger !

05/10/2015

Français : attention Danger !

Une langue française trop chahutée... - Auteur : Sylvie T.

Depuis plus de vingt-cinq ans, j’ai la chance et l’honneur de corriger les copies d’examen des élèves d'une grande école nationale qui forme des ingénieurs (niveau : bac+7) ; et depuis quelques années, je « pleure » de plus en plus sur la qualité des textes, écrits pourtant par des étudiants appelés à diriger les plus belles et plus grandes entreprises françaises et européennes.

 

Que se passe–t’il donc dans la tête de nos jeunes –et chez certains adultes- pour assassiner ainsi notre langue française ? Conjugaison du verbe avoir, vocabulaire appauvri, orthographe aléatoire, anglicismes à l’excès… ! Et paradoxalement, quand ils écrivent dans la langue de Shakespeare, plus aucune faute ! Ni de grammaire, ni d’orthographe !

 

La faute à qui ? Air France nous propose des «miles», la SNCF des «smiles», internet des  «shops», sans parler des «Free», «MacDonald» ou «Quick», «hamburgers», «live», «love», «king» et autres «flying workshop»…

 

Ce phénomène énerve tellement Michel Serres (pourtant enseignant à Stanford), qu’il veut nous inviter à faire la grève de l’anglais pour mieux revenir au français et enrichir notre langue.


Il s’en prend avec virulence à l’invasion de l’anglais dans notre quotidien, une pratique dont l’objectif lui semble purement lucratif ! Selon lui, ce phénomène met la langue française en péril.


Serres s’en prend à la «classe dominante [qui] n’a jamais parlé la même langue que le peuple. Autrefois ils parlaient latin et nous, on parlait français. Maintenant la classe dominante parle anglais et le français est devenu la langue des pauvres… »

 

Il ose même cette comparaison : «Il y a plus de mots anglais sur les murs de Toulouse qu’il y avait de mots allemands pendant l’occupation(in la Dépêche du Midi)

 

Soyons cependant réalistes : Refuser les changements, c’est préparer une somptueuse agonie de notre langue à la manière romaine : décadence puis disparition. Mais accepter les changements sans règle, c’est tolérer l’éclatement du français – éclatement géographique, culturel et social -. Attention ! Le français est une langue vivante ; comme tout ce qui participe du vivant, le français est donc en danger.

 

Le remède, me demanderiez-vous ? Lire, lire et encore lire afin de retrouver le plaisir de parler et d’écrire notre langue. Et comme le disait Jean ROSTAND : « Je demande à un livre de créer en moi le besoin de ce qu’il m’apporte ».

 

Sylvie T.

Critique sociale

11/05/2015

Frank SINATRA Sammy Davis Junior

Annie FONTAINE

J'adore !...

PATRIGEON

Salut Jean-Henry et autres lecteurs,
je suis dans la cible ... couple de retraités aisés .... et donc électeur de Macron ; pour autant je ne me reconnais pas , Jean-Henry, dans tes qualificatifs "démocratie oligarque , fortuné et ploutocrate" , tu pousses mais connaissant ton côté théâtral et provoc ... .
Le sénat est pour moi le symbole d'une France sclérosée avec ses hobereaux locaux défendant leurs pouvoirs dans le mille-feuille territorial fabriqué par nos politiques de tous bords. Alors pas étonnant que nos sénateurs se regénérent entre eux tous les 3 ans en se présentant comme les défenseurs de nos dizaines de milliers de communes , inter-communalités , agglos, départements etc .
Et si on supprimait quelques symboles ? histoire de montrer que le changement c'est maintenant et pour tous .

Bonjour Jean-Louis,
Merci pour ta transparence. Ne vois aucune injure dans ces mots d'oligarchie ou de ploutocratie ! Cette classe sociale existe, et Jupiter la cible donc à bon escient ! Je ne veux pas revenir sur le rôle et la légitimité du Sénat ; les médias s'en chargent. En revanche que fait notre Président vis-à-vis des classes sociales les moins aisées ? (à part l'APL ?) Ces classes sociales moins aisées me semblent délaissées et je ne désire pas que les LR les abandonnent aux partis extrémistes !
Bien à toi,
JHM