Vous pouvez correspondre avec les auteurs des articles en complétant la rubrique "Commentaires" en bas de page

Burn-out : qui en souffre le plus ?

02/06/2015

Burn-out : qui en souffre le plus ?

La souffrance au travail...agricole - Auteur : JH Maisonneuve, conseil aux entreprises

Les médias n’hésitent pas ces derniers temps à nous relater les situations de burn-out chez les enfants, et plus généralement les cas de souffrance au travail, rencontrées à la Poste, ou chez « France Télécom » - en prenant soin par ailleurs de ne pas prononcer le nom d’« Orange » alors qu’il s’agit bien de cette entreprise -, au sein de l’administration pénitentiaire, dans la Gendarmerie, dans la Police ou encore dans les hôpitaux. Ces risques psychosociaux entraînent de plus en plus de suicides et de véritables drames humains et familiaux.

 

Parce que la France est avant tout rurale, que nous côtoyons tous les jours des exploitants agricoles, que nous en connaissons parmi nos proches ou que nous en avons au sein de nos familles et parmi nos amis, j’ose poser cette question : pourquoi ces médias ne nous relatent-ils pas le fait qu’un agriculteur se suicide tous les deux jours en France !

 

Ce chiffre est celui donné dernièrement par l'Institut de Veille Sanitaire (INVS), qui est en charge des études officielles sur le sujet. Mes missions de conseil aux entreprises me font de plus en plus souvent rencontrer ces situations de souffrance au travail : stress, burn-out et harcèlement moral deviennent le mal des entreprises françaises, y compris des entreprises agricoles. 

 

Ce chiffre est alarmant et pourtant les médias ont tendance à le taire : plus de cinq cents suicides d'agriculteurs ont été enregistrés sur les trois dernières années. Le suicide est devenu la troisième cause de mort dans le monde agricole, après les cancers et les maladies cardiovasculaires, précise l'INVS. 

 

Pourquoi les médias ont – ils cette fâcheuse tendance à dissimuler la réalité ? Il est vrai que les exploitations sont «à la campagne» et pour certains médias, friands de « buzz » citadins,  tout ce qui  concerne la campagne reste secondaire et doit être assimilé à de simples faits divers.

L’exploitant est seul, avec sa famille, et il est très souvent isolé géographiquement : quand les problèmes surviennent, comment peut-il partager ? Et qui peut être réellement  intéressé par ses problèmes ?

 

La population prise en compte par ce rapport de l’INVS comprend les chefs d'exploitations agricoles et les collaborateurs de ces exploitations en activité. Ce ne sont donc pas que les patrons qui sont impactés par ces souffrances, leurs salariés aussi.

 

Les médias semblent servir d’autres causes. A nous de réagir et de faire le bruit nécessaire, car dans notre beau et vert pays, nous sommes nombreux à avoir un exploitant agricole comme voisin. 

 

Jean-Henry MAISONNEUVE

Conseil aux entreprises

02/06/2015

Lutte anti-tabac : quelques vérités cachées Humour et Présidence

Annie FONTAINE

J'adore !...

PATRIGEON

Salut Jean-Henry et autres lecteurs,
je suis dans la cible ... couple de retraités aisés .... et donc électeur de Macron ; pour autant je ne me reconnais pas , Jean-Henry, dans tes qualificatifs "démocratie oligarque , fortuné et ploutocrate" , tu pousses mais connaissant ton côté théâtral et provoc ... .
Le sénat est pour moi le symbole d'une France sclérosée avec ses hobereaux locaux défendant leurs pouvoirs dans le mille-feuille territorial fabriqué par nos politiques de tous bords. Alors pas étonnant que nos sénateurs se regénérent entre eux tous les 3 ans en se présentant comme les défenseurs de nos dizaines de milliers de communes , inter-communalités , agglos, départements etc .
Et si on supprimait quelques symboles ? histoire de montrer que le changement c'est maintenant et pour tous .

Bonjour Jean-Louis,
Merci pour ta transparence. Ne vois aucune injure dans ces mots d'oligarchie ou de ploutocratie ! Cette classe sociale existe, et Jupiter la cible donc à bon escient ! Je ne veux pas revenir sur le rôle et la légitimité du Sénat ; les médias s'en chargent. En revanche que fait notre Président vis-à-vis des classes sociales les moins aisées ? (à part l'APL ?) Ces classes sociales moins aisées me semblent délaissées et je ne désire pas que les LR les abandonnent aux partis extrémistes !
Bien à toi,
JHM