Vous pouvez correspondre avec les auteurs des articles en complétant la rubrique "Commentaires" en bas de page

Je suis Paris

11/14/2015

Je suis Paris

Ils m'ont volé un anniversaire - Auteur : Jean-Henry MAISONNEUVE 

 

Parce qu'ils m'ont fait cela le jour de mon anniversaire, et que le soirée ne fut pas aussi gaie que prévue, c'est comme s'ils m'avaient donné la possibilité d'un droit de réponse que je désire partager avec vous.
 
Au-delà de l'émotion et de la compassion vis-à-vis de nos concitoyens victimes de ces attentats ainsi que de leurs proches, je vous livre ces éléments de réflexion très personnelle. Outre le fait de vous interpeller et d'instaurer un dialogue avec ceux d'entre vous qui le désirent, je compte aussi sur vous pour divulguer autour de vous ces quelques idées enrichies des vôtres.
 
1- Evitons les amalgames : DAESH ne représente en rien la religion musulmane. L'"Etat Islamique" - tel qu'il se nomme - n'est qu'une idéologie, un courant de pensée, qui n'a aucun rapport avec quelque principe religieux qui soit. C'est une idéologie politique, qui s'exprime au travers d'une stratégie militaire, économique et bien entendu financière -ne nous leurrons pas-. La grande majorité de nos frères musulmans ne se retrouve pas dans cette idéologie. Ces idéologues salafistes djihadistes - en guerre contre les musulmans chiites eux-mêmes - ont décidé d'instaurer un empire (un "califat" !) sur les territoires qu'ils contrôlent, en ayant profité des désordres liés aux conflits en Irak et en Syrie. Et leur objectif est d'étendre cet empire de l'Afrique du Nord à l'Asie Centrale.
 
2 - Soyons conscients des réalités cachées : comme toute organisation idéologique (sectes, églises, obédiences...), son organisation interne se structure autour d'une hiérarchie omnipotente, aux desseins essentiellement mercantiles, qui soumet au plus bas niveaux de ses échelons des "petites mains" complètements asservies, jeunes, aveuglées et conditionnées par un discours très bien élaboré tenant davantage du lavage de cerveau que de l'implication volontaire. Ces "petites mains", capables de sacrifier leur vie, n’accéderont jamais aux milliards de dollars que les hiérarques cumulent autour des puits de pétrole qu'ils contrôlent.  
 
3 - Clamons la vérité : non, nous ne sommes pas en "guerre" ! Utiliser ce terme signifierait que nous connaissons et que nous savons identifier les combattants qui se trouvent face à nous. Or, ce n'est pas le cas. Au risque de contredire nos gouvernants, l'expression davantage appropriée serait : "Nous sommes en terreur". Car tel est l'objectif de DAESH : instaurer la terreur parmi nous, nous diviser pour nous affaiblir afin de faire disparaître notre civilisation. L'officier de réserve que je suis se souvient de ce qu'il a appris sur l'art de la guerre et de la stratégie militaire. Ce que nous avons vécu ce 13 novembre et ce que nous vivons maintenant depuis une dizaine d'années n'a plus rien à voir avec l'art de la guerre.
 
4 -  Mettons-nous en alarme : avez-vous remarqué la particularité des endroits ciblés par ces actes terroristes ? Un stade, une salle de spectacle, des terrasses de café-restos. C'est le sport, la culture et la fête qui sont ciblés. Voilà ce que ces terroristes renient et combattent : notre mode de vie, celui qui concoure au "Mieux Vivre Ensemble". Au-delà de tout principe démocratique et républicain, c'est notre culture qu'ils combattent. Ils ne touchent pas seulement à la façade de l'immeuble républicain et démocratique, ils veulent en détruire les fondations, le cœur de l'édifice, celui qui s'exprime au travers de nos valeurs et du vivre ensemble.
 
5 -  Protégeons nos enfants : qui a été essentiellement touché dans sa chair ce 13 novembre ?  Les endroits ciblés dans le 11ème arrondissement sont tous des endroits fréquentés par des jeunes, qui se mélangent pour fêter à leur façon leur veille de week-end : des jeunes chrétiens, des jeunes juifs, des jeunes musulmans, français et pour beaucoup étrangers, venus d'un autre pays d'Europe -et même de plus loin- pour passer quelques moments agréables à Paris. Et voilà une situation paradoxale : alors qu'au lendemain des événements de Charlie Hebdo, certains de ces jeunes contestaient la minute de silence instaurée le 11 janvier et se refusaient même de la pratiquer (250 lycées furent concernés par cette attitude de jeunes), il s'agit aujourd'hui de leur expliquer qu'eux aussi sont devenus cibles de ces terroristes. Depuis quelques mois, je suis membre de la Réserve Citoyenne de l'Education Nationale. La mission confiée est de venir parmi ces jeunes dans les lycées pour témoigner de ce que sont les valeurs de la République. Ya du boulot ! A nous de reprendre cette mission en main auprès de nos jeunes, quelque soit leur milieu social, leur religion et leur quartier.  
 
6 - Remettons notre responsabilité aux commandes : et j'en termine avec ces quelques mots que vous me pardonnerez si vous les trouvez excessifs. Que chacun d'entre nous se pose cette question ; "J'en suis où en termes d'engagement citoyen ?" Je ne parle pas d'engagement politique, à ce sujet chacun voit midi à sa porte. Je parle d'engagement citoyen : quelles sont nos actions dans les milieux sociaux que nous côtoyons ? Que faisons - nous, dans nos petits coins respectifs, avec chacun ses moyens, pour ce Mieux Vivre Ensemble ?  Nous replier sur soi, sur nos proches, sur notre boulot et notre quotidien, sur nos petits loisirs et nos petites pantoufles, voire sur notre propre idéologie ferait penser à ces terroristes - et surtout à leurs commanditaires - qu'ils ont atteint leur objectif. Face à l'obscurantisme, il faut apporter de la lumière. Face à la terreur, il faut répondre par l'enthousiasme du vivre ensemble.
 
A chacun de nous d'apporter sa pierre à l'édifice. 

 

Jean-Henry MAISONNEUVE

Responsable d'édition

15/11/2015

Lettre ouverte à Marion Bêtise des enfants

Annie FONTAINE

J'adore !...

PATRIGEON

Salut Jean-Henry et autres lecteurs,
je suis dans la cible ... couple de retraités aisés .... et donc électeur de Macron ; pour autant je ne me reconnais pas , Jean-Henry, dans tes qualificatifs "démocratie oligarque , fortuné et ploutocrate" , tu pousses mais connaissant ton côté théâtral et provoc ... .
Le sénat est pour moi le symbole d'une France sclérosée avec ses hobereaux locaux défendant leurs pouvoirs dans le mille-feuille territorial fabriqué par nos politiques de tous bords. Alors pas étonnant que nos sénateurs se regénérent entre eux tous les 3 ans en se présentant comme les défenseurs de nos dizaines de milliers de communes , inter-communalités , agglos, départements etc .
Et si on supprimait quelques symboles ? histoire de montrer que le changement c'est maintenant et pour tous .

Bonjour Jean-Louis,
Merci pour ta transparence. Ne vois aucune injure dans ces mots d'oligarchie ou de ploutocratie ! Cette classe sociale existe, et Jupiter la cible donc à bon escient ! Je ne veux pas revenir sur le rôle et la légitimité du Sénat ; les médias s'en chargent. En revanche que fait notre Président vis-à-vis des classes sociales les moins aisées ? (à part l'APL ?) Ces classes sociales moins aisées me semblent délaissées et je ne désire pas que les LR les abandonnent aux partis extrémistes !
Bien à toi,
JHM