Vous pouvez correspondre avec les auteurs des articles en complétant la rubrique "Commentaires" en bas de page

Le film de la semaine :

13/10/2016

Le film de la semaine :

Les 7 mercenaires - Auteur : Jean-Henry MAISONNEUVE 

Le film de la semaine : Les 7 mercenaires


Production : LR International Corporation

Réalisation : TF1/LCI – filiale de LR International Corporation


Dans le rôle des 7 mercenaires :

Nick le Zébulon, François Le Broussailleux, Alan Le Dégarni,

Bruno le Novice, Jeff The Fisch, Jeff Le Teigneux, et Calamity Nath.


Le Pitch : 7 cow-boys (tous aguerris aux tactiques politicardes)  se donnent rendez-vous à OK Corral TV-Bouygues pour se confronter au cours d’un duel impitoyable au terme duquel le vainqueur doit en toute logique devenir celui – ou celle – qui sera leader proclamé et dirigera de fait en mai 2017 le ranch en piteux état surnommé « The France ».


Notre avis : Le film était annoncé par certains comme devant être une série de suspens infernaux : règlements de compte, provocations et tirs à vue. Mais il n’en fut rien. Au terme de la projection, après 1H30 de bavardages d’une platitude lancinante et d’échanges de points de vue similaires – à la virgule près- , non sans quelques effets de manche et quelques rebondissements  vite essoufflés, le spectateur sort déçu de la salle de projection.  


Le scénario en est peut-être la cause. Les personnages en portent aussi la responsabilité. Reprenons rapidement ici les traits des principaux protagonistes de cette fiction bien réelle. 


Nick le Zébulon, tel Joe Dalton face à ses adversaires, se tient au centre ; pour une fois que le scénario lui impose de laisser quelques répliques à ses comparses, il essaie de se maîtriser. Mais le spectateur a souvent la sensation que la gâchette commence à chauffer et que Nick peut dégainer à tout moment, surtout quand Jeff le Teigneux vient le provoquer.  Mais il n’en est rien ! Pas fou, quand même ! Il a du métier ! Il s’agit de soigner son image, elle en a bien besoin…


François le Broussailleux, à l’écart – comme quoi le tirage au sort des places attribuées peut bien faire les choses -, vient habilement rappeler qu’il a travaillé fut un temps et de façon très proche avec Nick le Zébulon et que c’est le Nick qui avait eu plein d’idées avant le Jeff le Teigneux (Na-na-na !). A part cela, ses répliques sont, sur le fond, identiques à celles de ses complices. Il nous ennuie.


Alan le Dégarni la joue rusé et fin tacticien : hors de question de venir dégrader une image positive dans les sondages et d’atténuer cette image en dégainant le premier. Laissons dire. Ah si quand même ! Petite feinte : un rapide Mea Culpa sur son passé judiciaire histoire de glisser à l’oreille du spectateur qui ne comprendrait pas : «Maintenant que moi je fais mon mea culpa, tu serais bien idiot de me reprocher encore mon passé de magouilleur, et de plus, justice a été rendue ! Ce qui n’est pas le cas du Nick 


Bruno le Novice essaie d’affirmer à maintes reprises sa posture innovante et virginale : «Je suis nouveau, pour le progrès, avec moi ce sera différent…», tout en nous expliquant un avenir semblable à ceux que ses complices ont peint chacun leur tour. De plus, il est victime d’une erreur dans le scénario : il arrive à confondre emplois aidés et emplois publics. Mais bon ! Novice… la preuve est faite !

 

Jeff the Fisch : pour lui, c’est véritablement un premier rôle et une première apparition à l’écran ; le moment est donc opportun pour se faire connaître du grand public : petites phrases opportune -histoire d’apporter un peu de rythme dans cette interminable prestation- (Du genre : «Je ne comprends pas de quoi nous parlons», à propos des notions d’assimilation et d’intégration ou encore «Je vais apprendre beaucoup en écoutant mes concurrents»- afin d’affirmer sa candeur politicarde, en vain, le spectateur n’est pas dupe…


Jeff le Teigneux a dégainé en premier ; il n’a cependant pas reçu de balle mortelle en retour. Mais il ne paie rien pour attendre ! Jeff n’avait rien à perdre en prenant l’initiative du duel, vu le faible pourcentage de confiance que même ses fans lui octroient à l’heure actuelle. Il aura beaucoup de mal à répondre aux futurs tirs croisés de ses comparses.


Calamity Nath, seule femme dans les rôles principaux, a le mérite de tenir tête aux mâles cow-boys ! Calamity Nath propose quelques innovations dans son scénario : privatisation des emplois publics, aide aux créateurs d’entreprise dont le nombre doit croître (Traduction de la rédaction : Ubérisation du travail à outrance !) et recours au tout numérique. Dans la salle de projection, certaines personnes âgées et quelques familles sans accès à internet ont frissonné. Coup de tonnerre ! Elle a dégainé une seule fois, à propos d’immigration, en rappelant à Nick ses origines hongroises… mais ça a fait Plouf !


Le producteur annonce pour début novembre une suite à ce western qui n’aura décidément pas fait l’unanimité. Gageons que la pédagogie et la transparence y soient davantage au rendez-vous ! Mais il est inutile de rêver. 

 

Jean-Henry MAISONNEUVE

Directeur de rédaction 

Robot humanoïde : serviteur, compagnon, rival ? Eternel Van Rijn ...

Annie FONTAINE

J'adore !...

PATRIGEON

Salut Jean-Henry et autres lecteurs,
je suis dans la cible ... couple de retraités aisés .... et donc électeur de Macron ; pour autant je ne me reconnais pas , Jean-Henry, dans tes qualificatifs "démocratie oligarque , fortuné et ploutocrate" , tu pousses mais connaissant ton côté théâtral et provoc ... .
Le sénat est pour moi le symbole d'une France sclérosée avec ses hobereaux locaux défendant leurs pouvoirs dans le mille-feuille territorial fabriqué par nos politiques de tous bords. Alors pas étonnant que nos sénateurs se regénérent entre eux tous les 3 ans en se présentant comme les défenseurs de nos dizaines de milliers de communes , inter-communalités , agglos, départements etc .
Et si on supprimait quelques symboles ? histoire de montrer que le changement c'est maintenant et pour tous .

Bonjour Jean-Louis,
Merci pour ta transparence. Ne vois aucune injure dans ces mots d'oligarchie ou de ploutocratie ! Cette classe sociale existe, et Jupiter la cible donc à bon escient ! Je ne veux pas revenir sur le rôle et la légitimité du Sénat ; les médias s'en chargent. En revanche que fait notre Président vis-à-vis des classes sociales les moins aisées ? (à part l'APL ?) Ces classes sociales moins aisées me semblent délaissées et je ne désire pas que les LR les abandonnent aux partis extrémistes !
Bien à toi,
JHM